ADOPTER LA RECIPROCITE : LA CLÉ DE L’ÉPANOUISSEMENT SOCIAL

Etes-vous déjà tombés sur des articles qui après les avoir lu vous donne l’impression de n’être plus tout à fait le même ou la même ?

Nous voici en plein dans un siècle où les règles relationnelles se transforment plus que jamais. Nous faisons parties d’un monde où les paradoxes s’entrechoquent et ont bien du mal à se connecter l’un à l’autre. L’exemple qui nous intéresse plus particulièrement aujourd’hui est ce souci de donner à l’autre d’un côté et s’épanouir personnellement de l’autre. Qui passe en premier ?

Dans une époque où l’apologie du soi atteint des sommets, nous ressentons bien la vague opposée du don de soi pour les autres. La question à se poser serait qu’entre les deux choix qui se dressent face à vous lesquels en vaut le plus la peine et pourquoi ?

Nous avons souhaité traiter de ce sujet aujourd’hui car il nous a semblé tout bonnement impératif d’en parler. La réciprocité est fondamentale dans la vie de chacun et d’autant plus lorsque l’on vit en communauté. C’est une clé parmi les clés pour atteindre l’épanouissement pour soi mais aussi pour les autres.

tyler-nix-608481-unsplash.jpg

LA RECIPROCITE C’EST QUOI D’ABORD ?

A qui d’entres nous n’est-il pas arrivé de mesurer ce que l’autre nous donnait avant de lui donner en retour. Et en général, que l’on soit fort ou nulle en mathématique on se découvre toujours un don inné pour calculer le moindre faits et gestes à notre égard et en rapport avec ce que l’on donné à l’autre.

La réciprocité prend l’origine de sa définition dans cet échange entre deux ou plusieurs individus. Ce sentiment de recevoir de l’autre car on lui on a donné et en fonction de ce qu’on lui a offert de nous.

Le point qui nous fait véritablement souffrir est qu’il arrive bien souvent que nous n’ayons pas ce sentiment de recevoir autant de l’autre que nous lui donnons. D’ici naît les dérèglements interpersonnels que l’on rencontre avec les autres que nous côtoyons chaque jour.

cloudvisual-208962-unsplash

En revanche… Il est peut-être temps de savoir que la réciprocité peut également super bien se vivre si nous l’appréhendons différemment que dans la souffrance. En effet, la réciprocité permet de révéler un véritable potentiel pour transcender nos relations et tout ce que l’on peut offrir aux autres.

MAL APPRÉHENDER LA RECIPROCITE : ETRE DANS L’ATTENTE DE RECEVOIR DES AUTRES

Vous nous direz sûrement que « c’est humain » d’attendre des autres et qu’une relation ne peut marcher si l’un donne tout et l’autre rien du tout.

« J’ai tout fait pour elle. J’étais là quand elle n’était pas bien pendant des semaines et aujourd’hui alors que je suis dans une mauvaise passe, elle ne répond absolument pas présente. J’ai l’impression qu’elle a tout oublié de tout ce que je lui ai donné : de mon temps, de mes petits cadeaux, de mes nuits à parler avec elle et à la remotiver. La prochaine fois qu’elle a besoin de moi, elle ira demander à quelqu’un d’autre. Elle comprendra son erreur. J’ai le droit à un minimum de considération. »

Le problème de réciprocité peut également se faire valoir dans des nuances de donneur-receveur bien moins extrêmes que l’exemple précédemment donné car rappelons que chaque personne fonctionne différemment et que donc nos valeurs et principes ne sont pas forcément les mêmes pour une même situation.

jeff-qian-549319-unsplash

« Je ne comprends pourquoi il m’en veut autant. A sa place, je ne l’aurais pas du tout mal pris s’il n’avait pas pu venir à ma fête d’anniversaire parce qu’il n’a pas trouvé de voiture pour rentrer. Cela ne signifie pas que je regrette amèrement de ne pas pouvoir être là. Je n’ai tout simplement pas d’autre alternative que de ne pas pouvoir venir. J’espère qu’elle finira par comprendre car à sa place je n’en aurais pas attendu plus tant que je sens qu’elle a fait son possible pour venir malgré tout. Je n’ai pas raison ? »

Nous avons tous des qualités et défauts différents et donc lorsque pour l’un qui est impatient souffre du retard de l’autre qu’il interprète comme un manque de considération, l’autre qui aime prendre son temps n’en voudra pas forcément à l’autre si celui-ci est en retard.

En d’autres termes, en attendant de l’autre un retour nous avons bien plus de chance à être déçu jusqu’au point de se priver de donner que de rien attendre de l’autre est d’exprimer tout ce que l’on a à offrir à l’autre. Le fameux « dans ce cas-ci, cela aurait dû se passer ainsi » nous ronge bien souvent et ne nous facilite pas la tâche à vivre bien les choses.

Les exemples peuvent se compter par milliards, mais finalement nous pourrions nous poser la question suivante : ne gagne-t-on pas plus à ne pas attendre des autres ?

NOS MOTIVATIONS A DONNER AUX AUTRES

Alors déjà ne vous alarmez pas si vos motivations qui sont bien plus que louables trempent souvent leurs origines dans l’envie de plaire aux autres.

En effet, lorsque nous sommes là pour l’autre par exemple, notre premier argument est que « c’est normal, tout ami qui se respecte l’aurait fait », « je ne cherchais que ton bien-être », « tout ce qui compte pour moi c’est que tu ailles mieux alors ne t’en fais pas pour moi… ». Ces phrases vous sont familières ? Rien de surprenant.

En d’autres termes, il y a bien souvent de fortes chances que nos intentions de donner à l’autre ne soit pas « sans intérêts » pour soi.

kyle-broad-29486-unsplash.jpg

Etre en interaction avec l’autre nous permet d’exister car l’homme a besoin de reconnaissance et sans l’autre il est difficile de se jauger, de se réaliser, de se connaître, de se donner une certaine contenance, de se sentir valoriser.

Il y a aussi ce sentiment de gratification que l’on a envie de ressentir de nouveau et dont il est difficile de s’en détacher lorsque l’on y à goûter à plusieurs reprises. On se dit peut-être même inconsciemment que recevoir ne peut que passer par l’autre qui nous donne en retour. Mais en est-il vraiment ainsi ?

Nous sommes souvent amenés à penser que si nous nous donnons corps et âme aux autres, nous prendrons de la valeur à leurs yeux et notre cas deviendra précieux pour eux. Comme de petits enquêteurs discrets, nous essaierons de dégoter le moindre indice d’intérêt que l’autre nous porte. C’est un jeu souterrain auquel nous jouons tous et parfois même un peu malgré nous.

APPREHENDER LA RECIPROCITE DIFFEREMENT : LES 4 POINTS CLES

  • Apprendre à vivre l’instant présent

Il serait peut-être intéressant de se demander si ce que nous donnons aux autres est totalement indépendant de ce que les autres nous donnent en retour.

Et si le hasard n’existait pas ? Au point que lorsqu’une situation où vous pourriez soulager une personne se présente, c’est vous qui avait été choisi pour et personne d’autre ? Mais au lieu de délivrer ce que vous avez à délivrer à l’instant T, vous décidez de cadenasser le bien-être que vous pourriez procurer à l’autre par frustration personnelle.

Se dire que ce que nous recevons de l’autre n’a rien à voir avec ce qu’on lui a auparavant donné nous aiderait, nous permettrait d’appréhender nos instants de frustrations et de non existence en instants de consécration et d’existence et ce… Sans être dans l’attente que l’autre nous donne en retour !

En d’autres termes, vivre la réciprocité ainsi c’est vous autoriser enfin à vivre l’instant présent et à le remplir de toutes les jolies choses que vous pouvez délivrer aux autres.

  • S’autoriser à recevoir ce que les autres sont prêts à m’offrir

Au lieu de se dire que vous êtes détenteur du droit de recevoir d’un tel ou un tel, il serait peut-être plus malin d’accueillir ce que l’autre nous offre comme un bonus non prévu que comme un revenu obligatoire.

L’appréhender ainsi vous permettrez en effet d’éviter toutes déceptions ou frustrations lorsque vous attendez de l’autre et que celui-ci ne vous donne pas ce que vous attendiez ou du moins avec l’intensité imaginée.

S’autoriser à l’accepter comme un bonus vous permet également de recevoir pleins de surprises et non comme des acquis qui enlèveraient de la valeur au don de l’autre. En effet, lorsqu’une personne nous donne et que nous relions ce don au fait qu’on lui ait donné précédemment, nous trouvons cela « normal de sa part », en oubliant l’élan du cœur et les efforts entrepris.

Peut-être qu’au fond, nous devrions accepter le don de l’autre pour le soulager et lui procurer le plaisir que l’on a lorsque nous donnons nous aussi. Eclipser tout comptes et mettre en lumière tout ce que l’on gagne à accueillir ce que l’autre nous donne car nous savons combien il est plaisant de pouvoir donner.

Vous l’avez bien compris à présent : donner c’est recevoir. Alors donner l’occasion à l’autre de donner, c’est lui permettre de recevoir en retour.

N’est-il pas plus sain d’appréhender la réciprocité ainsi ? Que finalement la réciprocité se trouve dans le simple fait de vouloir donner et ce : même en recevant !

  • Devenir un donneur sans compter au lieu de compter pour donner

Et si nous mettions au placard notre costard de comptable pour endosser celui de distributeur de pop-corn ?

Délivrer sans compter ce que l’on a en nous, c’est grâce à l’autre que cela est possible car sans lui face à nous nous ne pourrions le délivrer. Exprimer le potentiel qui se cache en nous, c’est grâce à la présence de l’autre que cela est également rendu possible car c’est en étant en interaction avec lui que ce soit de manière négatif ou positif, que notre potentiel se concrétise dans notre quotidien puis tout au long de notre vie. En effet, se surpasser c’est donner de soi au-delà de ce que l’on aurait pensé délivrer, c’est aller au-delà de notre réalité et continuer à déployer nos forces intérieures dans le monde extérieur.

daniel-hjalmarsson-269425-unsplash.jpg

Nous gagnons donc bien plus à déverser le don de soi à chaque opportunité que la vie nous donne au lieu de passer notre temps à faire des comptes et faire fructifier nos frustrations et déceptions.

Allez au-delà de vous-même et de vos intérêts purement personnels car au-delà c’est le jackpot qui vous attend et une rencontre inédite avec ceux qui vous entoure.

  • Apprendre à regarder au-delà de l’acte de l’autre

Car oui. Lorsque l’on met totalement de côté nos intérêts personnels car on a appris à appliquer la réciprocité avec une nouvelle approche, cela nous permet instantanément de bien mieux comprendre l’autre dans ses fonctionnements et comportements, au point de ne plus pouvoir lui en vouloir ! Pourquoi ?

Car les comportements de ceux qui nous entourent sont le fruit de raisons bien plus profondes qu’on ne le pense et qui sont légitimes. En effet, si vous prenez l’exemple d’une personne qui ne dit jamais merci, nous pourrions nous demander pourquoi elle a tant de mal à le faire ? Est-ce vraiment par ingratitude ou parce qu’elle a un blocage à le dire ? Pourquoi cela lui coûte tant de dire merci ? Lorsque l’on commence à être curieux de l’autre dans le sens noble du terme, nous commençons à nous plonger dans le monde de la personne et non pas à le regarder à travers nos attentes personnelles.

Et en général, à force d’entraînement et de constance, vous verrez que comme par magie, l’autre s’ouvre à vous et vous apporte bien plus de chose que vous n’auriez pu l’imaginer.

Vous avez compris…

Vous avez TOUT à gagner que d’opter pour la réciprocité saine !

sam-manns-379040-unsplash.jpg

A vous de jouer.